JDR solo : Après l'accident

Aller en bas

JDR solo : Après l'accident

Message par Arnaud le Sam 18 Aoû - 20:33

Vous voulez rejouer Lost en mieux? Vous pouvez, même tout seul :
http://www.gulix.fr/blog/2018/08/15/apres-laccident-la-beta-en-pnp/
"Vous venez d'avoir un accident, racontez ce qui se passe" grâce à un tirage de cartes successives.

Pas testé encore.
avatar
Arnaud
Dragon
Dragon

Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 795
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 44
Localisation : Trélazé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: JDR solo : Après l'accident

Message par Mariel le Mer 29 Aoû - 21:47

Inspirant, j'essayerai de le tester pour voir, merci d'en parler.
avatar
Mariel
Drakonien
Drakonien

Messages : 373
Réputation : 8
Date d'inscription : 06/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: JDR solo : Après l'accident

Message par Arnaud le Dim 9 Sep - 17:34

J'ai testé.

C'est sympa, mais je ne suis pas sûr que ce soit super à rejouer car on utilise presque toutes les cartes donc par la suite on pourra prévoir (consciemment ou pas) les réponses aux questions qu'on connait déjà.

Journal après l'accident:

Début
Je suis sur une plage. Mon ULM s’est écrasé. J’ai l’espoir de pouvoir le réparer mais je n’ai pas d’outils convenables. Je saigne à la tête, le sang couvre mon œil gauche et la blessure a l’air encore à vif et continue de saigner, je n’ai rien de propre sous la main et je n’ose pas y toucher avec mes mains sales.

Acte 1
   1.  J’ai bati un campement de fortune dans un grand creux sous un arbre mort. J’ai utilisé ses branches mortes, faciles à casser, pour bricoler un toit et des feuillages alentours pour faire un semblant de toiture. C’est sec au moins.
   2.  Ma blessure s’est arrêtée de saigner je crois mais elle « bourdonne » et j’ai un gros hématome douloureux. J’ai peur que ce soit infecté. Je ne sais pas si la laver à l’eau de mer serait mieux que de la laisser ainsi, j’hésite.
   3.  J’ai trouvé du miel ! Enfin une ruche, en haut d’un arbre. Je ne me sens pas à l’aise pour grimper et je risque de me faire piquer par les abeilles ou les guepes, je ne vois pas bien d’ici.
   4.  Après réflexion je ne vois pas pourquoi mon moteur est tombé en panne. Aurait-il été saboté ? Ce n’est pas impossible que mon frère aie magouillé un truc dans le genre pour se débarrasser de moi ! Mais il ne m’aura pas comme ça je vais m’accrocher et partir d’ici !Je le hais ! C’est sûrement lui ! Ou bien je suis parano ? Ma blessure à la tête m’empêche-t’elle de réfléchir ou bien m’a-t’elle ouvert les yeux ? Ah… ce maudit mal de crâne !
   5.  J’ai trouvé une espèce de tourbe qui donne une belle fumée noire en brûlant. Avec quelques batons et un peu de ma voilure j’ai réussi à ce que la fumée parte en boules façon message indien. Ca devrait attirer l’attention de quelqu’un.
   6. Le feu, l’abri, ça me rappelle quand on campait avec mon père et mon frère. C’était le bon temps, on était très complices à l’époque, mais c’était avant qu’il ne me jalouse parce que j’ai réussi mieux que lui et que papa me préférait ouvertement. Quel petit salaud c’est vraiment lui qui m’a joué ce sale tour !

Acte 2
   1.  J’ai fini par décrocher le nid en balançant des bouts de branches, après de nombreux essais. J’ai barbouillé ma blessure de miel et mangé le reste. J’ai repéré pas mal de fruits mais même en me rationnant j’en ai pour une ou deux semaines sans doute, pas plus. Est-ce que je serait sauvé avant ? Il faut aussi que je trouve de l’eau douce, les fruits sont juteux mais est-ce que ça suffira ?
   2.  J’ai évité de l’écrire pour nier l’évidence mais le moteur est mort, abîmé au-delà de toute réparation surtout avec mes moyens limités. Ma survie dépend donc de quelqu’un qui me trouvera et personne n’a remarqué ma fumée noire. Je déprime.
   3.  Je me suis souvenu ce matin que mon moteur a crapoté comme s’il manquait d’essence mais la jauge n’était pas vide. C’est donc bien un sabotage et aussi j’ai de l’essence à siphonner, enfin si je trouve un truc pour la mettre dedans...
   4.  J’ai trouvé une vieille bouteille fêlée et, avec une gaine de cable, récupéré de l’essence pour me faire un cocktail Molotov. Je sens que mon frère risque de venir vérifier que je suis bien mort, voire finir le travail lui-même s’il en a le courage. Mais c’est lui qui va crever. Ah ah ah je l’attends ! Je l’attends...
   5.  J’ai entendu les feuillages bruisser. Il y a quelqu’un ! Ca ne peut pes être un gros animal, il aurait fait des bruits. Ca ne peut être que mon frère ! Le salaud ! Qu’il vienne, j’ai mon briquet et mon bébé à portée de main constamment ! Qu’il vienne !
   6.  J’ai trouvé son campement ! Je ne suis pas fou ! Pas fou… Il n’y avait ni nourriture ni eau, il doit les garder sur lui en explorant les environs pour chercher un lieu d’embuscade. Il se méfie, et il a raison ! J’ai récupéré des outils : couteaux, scie, marteau, hachette, plutôt usés mais encore utilisables. J’hésite à changer mon abri de place : il n’y a pas de meilleur endroit, aussi bien protégé que cet arbre mort qui me donne quasiment trois murs.
   7. J’ai trouvé un cadavre. Mort depuis longtemps. Et ce n’est pas mon frère. Comment c’est possible ?!? Il aurait récupéré le campement d’un mort ? Ou bien c’est pas lui ? Mais pourtant tout concordait si bien ! Ah, ce mal de crâne qui empire, j’ai chaud, j’ai froid, je ne vais pas bien...

Acte 3
   1. Les mouches ! Ces satanées mouches qui viennent constamment sur ma blessure, je ne sais quoi les y attire et j’ai beau les chasser elles reviennent quand même ! Je me fatigue pour rien. Enfin non, pour éviter qu’elle me pondent dans le crâne, on ne sait jamais.
   2.  J’ai découvert une colline qui me permet de voir tout autour au-delà des arbres : je suis sur une île ! Une putain d’île minuscule ! Je me suis installé là car je me fatiguais trop à y aller chaque matin et revenir chaque soir. Je suis à découvert mais tant pis. Après tout je ne vois aucune barque ni rien, mon frère n’est sans doute pas là, enfin j’espère...
   3.  En explorant l’île je suis tombé dans une crevasse pleine de feuille qui m’a déchiré la jambe ! Pendant des heures je ne la sentais plus et j’ai bien cru qu’elle était cassée et que j’allais mourir en rampant vers la colline. Heureusement le soir j’ai retrouvé quelques sensations, de la douleur surtout mais aussi un grand soulagement de pouvoir marcher, enfin boitiller mais c’est déjà ça. Je serai plus prudent à l’avenir.
   4.  Si je pars… non ! Quand je partirai ! Quand je partirai je vais regretter cette vie simple : manger, boire, guetter, entretenir le feu… pas de planning, pas d’obligations envers d’autres. Pas d’autres du tout même, je me parle à moi-même et ça comble le vide. J’ai toujours la tête lourde mais sinon c’est presque agréable d’être revenu aux besoins vitaux : tout est simple une fois qu’on est organisé.
   5.  Quand je serai de retour je vais me réconcilier avec mon frère. Le fait que je l’ai soupçonné est grave, il faut que j’éclaircisse les choses avec lui, qu’on crève l’abcès et qu’on redevienne proches comme avant.
   6. « Mon cher frère, si tu lis ceci c’est qu’on a retrouvé mon cadavre sur une île ou que j’ai réussi à envoyer mon journal à l’eau, mais je ne vois pas comment. On n’a pas été tendre l’un envers l’autre ces dix dernières années. Je le regrette. Je te pardonne tout ce que tu as pu dire sur moi derrière mon dos et les quelques … désagréments que tu m’as causé. J’espère de tout coeur que tu me pardonneras aussi tout ce que j’ai dit ou fait intentionnellement ou sans le faire exprès. Ton frère qui t’aime. »

Fin
On m’a appris sa mort après l’avoir identifié d’après ses papiers. Son cadavre n’est pas reconnaissable mais c’est bien son écriture. Pauvre frère, il était arrogant et m’a-tu-vu mais je l’aimais quand même au fond. C’est triste qu’il aie pensé ça de moi, mais au moins il est mort en paix, avec moi et avec lui-même. Repose en paix mon ami.
Je ne suis pas tombé sur la carte qui fait douter de la réalité (là ça aurait viré "Lost" sur la fin). Le principe des Pistes est intéressant et assez adapté à réutiliser la même piste plusieurs fois.

Il y a une vidéo d'un joueur qui a testé.
ses impressions


la partie elle-même
avatar
Arnaud
Dragon
Dragon

Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 795
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 44
Localisation : Trélazé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: JDR solo : Après l'accident

Message par Arnaud le Dim 16 Sep - 1:50

2e essai. Ca ne donne pas plus l'impression d'un jeu de rôles mais d'un outil à histoires. Dommage :/

Après l'accident - le vaisseau:
Jour 1 : Je suis dans un vaisseau spatial. Tout est très blanc, lisse et propre. Une faible lueur rouge est diffusée par les murs. Le tableau de bord est éteint et la vitre du cockpit montre un ciel ciel noir étoilé, vide de toute planète ou soleil.
Je ne sais pas ce qui s’est passé, je n’ai aucun souvenir.
La lumière rouge doit être alimentée par le système de secours, donc il reste de l’énergie, c’est déjà ça.
Ceci dit, je n’ai pas la moindre idée de la façon de remettre le courant principal.
J’ai le bras droit en compote, ma jambe droite me fait mal aussi et ma joue a dû heurter un mur lors de… l’accident ?

J2 J’ai trouvé de quoi manger et boire en quantité mais pas moyen de rétablir l’électricité. Je déprime mais heureusement m’est revenu le souvenir de Marie. Ah, ce que j’aimerai être à ses côtés sur notre terrasse à contempler le coucher de soleil avec un cocktail à la main comme nous le faisions souvent entre l’été et l’automne, avant les premiers frimas.

J3 J’ai entendu du bruit dans les conduits de ventilation. Il y a un truc qui bouge dedans, et qui s’immobilise quand je m’approche, même en silence. Qu’est-ce ce que ça peut bien être ? Est-ce que c’est dangereux ? En tout cas c’est plus gros qu’un rat. J’ai peur.

J4 Aujourd’hui j’ai découvert une combinaison qui n’est pas à ma taille ! Ai-je un copilote ? Et où est-il alors ? J’ai appelé, crié autant que j’ai pu, fouillé partout : personne. Je déprime à nouveau : il ne peut être sorti du vaisseau sans combinaison et il n’est pas dedans, quel mystère ! J’ai comme l’impression que la lumière a diminué mais je ne suis pas sûr.

J5 Je ne veux pas devenir fou en attendant les secours. Chaque matin et chaque soir je me répète tout ce dont je me souviens et je creuse ma mémoire à la recherche d’autres bribes, comme le souvenir de Marie. Si je retrouvais quelques souvenirs techniques, des trucs utiles sur le vaisseau, je pourrai peut-être le refaire fonctionner.

J6 Je ne sens plus mon bras droit et je boîte de plus en plus. Est-ce que j’ai un caillot ? De l’extérieur je ne vois rien qui m’aide, mon bras n’est pas violacé ni rien. Je ne comprends pas.

J7 Alors que je fixais les étoiles, j’ai cru reconnaître une constellation que m’avait montrée mon père quand j’étais petit. C’est peut-être même ça qui m’a fait devenir pilote, enfin si je suis bien le pilote… Une bouffée de nostalgie m’envahit : je retrouve son odeur, le ton de sa voix, sa présence rassurante. Oui je vais m’en sortir ! Ça ne peut pas mal finir après tout ce qu j’ai vécu !

J8 J’ai vu une ombre, une forme du coin de l’oeil qui s’enfuyait. J’ai foncé mais les pièces suivantes étaient vides. C’était trop grand pour être la bestiole que j’entends, c’était forcément un être humain ! J’ai appelé : pas de réponse. Soit quelqu’un se cache, soit cette lumière faiblissante et ma solitude me jouent des tours. Arg ! Je suis frustré et je vais m’enfermer pour dormir dorénavant, par sécurité.

J9 En prenant ma ration lyophilisée ce midi j’ai vu le fond du placard. J’ai compté : il me reste de quoi manger 19 jours. C’est pas mal mais vu la taille de l’Espace je ne suis pas sûr d’être secouru avant. Et je n’arrive toujours pas à trouver ce panneau de contrôle électrique ! L’angoisse me serre la gorge. Mais au moins je n’ai pas revu la silhouette, c’était sans doute mon imagination.

J10 J’ai à nouveau vu la silhouette ! Cette fois je n’ai pas rêvé ! Il y a quelqu’un ! J’ai assemblé un tournevis et un couteau sur un tuyau histoire de pouvoir me défendre ou faire peur à cet intrus. C’est un peu ridicule : s’il voulait me tuer il aurait pu le faire déjà mais bon, on ne sait jamais, il tombera peut-être en manque de nourriture ou je ne sais quoi. Je lui ai crié que j’étais armé et qu’il devait rester bien caché. Je me suis senti mieux après.

J11 Marie me manque. Est-ce qu’elle pense à moi en ce moment ? Je regarde les étoiles et j’imagine qu’elle regarde les mêmes, après tout certaines sont assez loin pour que ce soit possible. Je sors de ma rêverie en repensant à l’intrus. Ma main se crispe sur mon arme, ça me réconforte un petit peu.

J12 J’ai eu un flash ce soir, tandis que je massais mon bras pour essayer de faire circuler le sang : j’étais dans le cockpit et j’allais vers le siège quand on a heurté quelque chose de gros. C’est ce qui m’a projeté contre le mur et écrasé le côté droit, puis une grande douleur et plus rien, retour au trou de mémoire. Enfin si c’est réel on a cogné quelque chose. De gros. Un astéroïde ? Un vaisseau ? Pourquoi le système ne l’a pas détecté ? Et pourquoi je dis « on » ?

J13 Le mystère de la silhouette s’est résolu. Enfin, en partie. Il y a bien « quelqu’un » mais c’est une ombre noire informe. Elle a l’air timide et me craint autant que moi j’avais peur d’elle. Par contre elle ne parle pas, elle me fait voir des choses informes, brumeuses, comme un hologramme mal réglé, et je n’y comprends rien mais elle a l’air pacifique. Est-elle le pilote d’un vaisseau qui m’aurait heurté ? Pas moyen de sortir sans perdre mon air avant que le courant soit rétabli, et si son vaisseau était en état de repartir elle l’aurait déjà fait donc je n’ai rien à gagner à aller voir. On va travailler à se comprendre et se sortir de là ensemble. Ça paraît fou mais c’est un espoir meilleur que de chercher tout seul.

J14 Vous qui lirez ceci si je ne m’en sors pas, je dois vous avouer un truc : ma jambe me faisait mal au début et j’ai pris des antidouleurs. Le lendemain j’en ai repris et j’ai continué, chaque jour, par peur de souffrir à nouveau. Du coup je ne sais pas si mon état a empiré à cause de ça, ou si j’ai survécu grâce à ça. Mais je n’ose pas arrêter, c’est trop risqué.

J15 Je me suis réfugié dans la cuisine : la bestiole est sortie et m’a foncé dessus, affamée ou désespérée. Je n’ai pas bien vu à quoi elle ressemble mais ça a des dents ! J’ai juste eu le temps de lui mettre un coup de poinçon avant de filer. Elle a couiné mais m’a poursuivi, j’ai refermé la première porte que j’ai trouvé et me voilà coincé. Je ne mourrai pas de faim mais je ne sais pas quoi faire.

J16 J’ai passé quasiment une nuit blanche. La bestiole ne s’éloigne pas et gratte de temps en temps. Elle fait des bruits étranges, elle va et vient mais jamais très loin. Je l’entends toujours. Et la silhouette n’a pas réapparu, que puis-je faire ?

J17 Et merde ! J’ai entendu la radio crachoter un truc indistinct. Et la bestiole est toujours là ! Elle renifle, elle gratte de plus en plus nerveusement. Je ne peux pas sortir sans me faire bouffer mais, si je ne réponds pas, est-ce qu’ils vont me trouver ?!

J18 La bestiole a l’air enragée, elle gratte de plus en plus souvent et de plus en plus fort. Et si ça se trouve la lumière faible ne la gêne pas alors que moi j’ai l’impression d’y voir de moins en moins. La radio s’est tue. J’espère qu’ils vont me trouver et me débarrasser de la chose. J’ai peur !

J19 Papa, je te dédie ces mots. Je ne m’en sortirai pas il est trop tard. Entre mon bras mort et la bestiole affamée je vais mourir de l’un ou l’autre. Merci pour tout et désolé d’avoir gâché ma vie dans un stupide accident.

J20 Je suis dos à la porte où la chose gratte toujours, ça en devient presque un bruit de fond, normal. Ou ce sont les antidouleurs qui ont fini par m’embrumer le cerveau mais je n’ai plus peur. Je vais mourir et ce n’est pas grave.

J21 J’entends du bruit. Des tirs. Des voix. Les secours ? Ou mon imagination qui délire ? Est-ce que j’ouvre la porte ? Et si c’est la bestiole qui m’appâte, ou bien la radio et la bestiole qui m’attend ? Allez, courage, je vais ouvrir, on verra...

Je ne suis toujours pas tombé sur la carte qui fait douter de la réalité (et pourtant j'ai laissé des ouvertures au cas où...)
avatar
Arnaud
Dragon
Dragon

Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 795
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 44
Localisation : Trélazé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: JDR solo : Après l'accident

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum